COMMENT ÉVITER LES FÉMINICIDES PAR COMPAGNONS OU EX ? 
- Nos Propositions -

La Prévention

Les familles ainsi que les institutions, les structures pédagogiques ont un rôle à jouer pour apprendre aux petits garçons qu'ils ne sont pas des êtres supérieurs aux filles, qu’elles ont les mêmes droits qu’eux, et reprendre systématiquement tout propos ou acte discriminant ou sexiste, en évitant de les tolérer ou de les banaliser.


Exemples :
« Il est violent/agité c’est normal c’est un garçon = NON ! »

« Elle raconte des histoires, c’est une pipelette c’est normal c’est une fille = NON ! »

 

Il est également essentiel de permettre aux enfants témoins de violences conjugales de pouvoir exprimer une parole libre et sans tabou au sein des établissements scolaires.

Le rôle des Forces De l'Ordre

L’arrestation de l’auteur engendre la protection de la victime.


Aucune main courante ne doit être envisagée ni proposée en cas de violences conjugales et même si la victime le demande.

Ce type de déclaration doit faire l’objet d’une plainte systématique, et si la victime recule le procureur doit être malgré tout saisi. Dans le cas contraire il s’agit de non assistance à personne en danger.


Tout signalement de ce type doit entraîner une interpellation du mise en cause dans les plus brefs délais et sa garde à vue le temps qu'une ordonnance de protection soit ordonnée avec obligation du mis en cause de quitter le logement par ses propres moyens + TGD ou BAR.

Screenshot 2022-02-11 18.41.29.png
Screenshot 2022-02-11 18.27_edited.jpg

La Répression > Tribunal

La dissuasion comme facteur d’évitement de la récidive


La parole de la victime ne doit pas être mise en doute, ni celle des témoins . Même si les familles de victimes ou proches disent qu'ils n'y avait pas de violence antérieure dans le couple ce n'est pas forcément la réalité. Les proches sont parfois les dernières personnes auxquelles elles vont se confier par honte ou peur de les inquiéter.

 

Aucun sursis ne devrait être ordonné et un mandat de dépôt jusqu’au procès devrait être systématique en cas de violence aggravée comme le prévoit le code pénal.
Les sanctions doivent être DISSUASIVES.

La suspension de l'exercice de l'autorité parentale doit être systématique de même que l’arrêt des droits de visite et d’hébergement. Un père violent ne peut représenter un repère et un cadre sécurisant pour ses enfants et cela permet d’éviter le contact entre la victime et l’agresseur comme le prévoit l’ordonnance de protection.

 

Ceci constitue également un effet de "sanction" pour les pères violents et de protection de la mère et des enfants dans le cas où l’auteur des violences tenterait des les instrumentaliser pour atteindre la mère.

 

Cela permet aussi aux enfants de comprendre que la violence n'est pas tolérable et d'éviter ainsi les phénomènes de reproduction transgénérationnelles comme la banalisation de la violence pour les garçons et acceptation de celle ci pour les filles.

Screenshot 2022-01-14 19.27.40.png

Le rôle des Associations

>> L’accompagnement et le soutien.


Les associations qui reçoivent des femmes victimes de violences conjugales doivent pouvoir leur proposer un accompagnement physique et systématique vers un dépôt de plainte.

Intimer une femme à « partir » ou à « sortir de l’emprise » sans aucune mise en sécurité au préalable est un risque potentiel de mise en danger.

De plus, c’est culpabilisant, car c’est lui dire qu’elle serait en partie responsable de ce qu’elle subit.

Les associations doivent activer leurs réseaux pour permettre aux enfants des victimes d’être pris en charge sur le plan psychologique dans les plus brefs délais (actuellement 6 à 8 mois d’attente pour un RDV psy en CMP)

Le rôle de la CAF

La CAF a un rôle déterminant à jouer afin d'éviter la précarisation des mères sans emploi qui se consacraient aux enfants et qui se retrouvent seules pour tout prendre en charge (loyer, alimentation etc..).

 

La loi sur le versement des pensions alimentaires de façon à éviter que des violences économiques s'installent doit être appliquée.

Une aide juridictionnelle systématique et sans conditions de ressources en cas de violence conjugale doit être accordée.

195_quelles-sont-les-prestations-versees-par-la-caf.jpg
Screenshot 2022-02-11 19.26.38.png

La prise en charges des hommes violents

Plutôt que de proposer aux victimes d’être accueillies dans des foyers « pour femmes battues » avec leurs enfants, nous proposons la création de Centres d'Adaptation pour Conjoints Violents. Des lieux pédagogiques et thérapeutiques avec possibilité d’hébergement sous contrainte et à leurs frais, tout en ayant la possibilité de maintenir une activité professionnelle le cas échéant sous surveillance électronique.

Cette solution nous paraît beaucoup moins onéreuse que la création d’une multitude de foyers dédiés aux victimes, ce qui de plus favorise l’impunité des auteurs et leur permettent, pendant ce temps, de rester tranquillement chez eux continuer leur vie et éventuellement de générer de nouvelles victimes.

Screenshot 2022-02-11 19.41.23.png

CONCLUSION :

Il faut en finir avec l’impunité ! 

 

En France, les violences conjugales ne sont pas traitées par la Justice en conformité avec le code pénal. La notion de "violence aggravée" n'apparaît pas ou peu dans les condamnations. Un homme auteur de violences recevra la même sanction, voire plus sévère, s'il agresse un.e inconnu.e dans la rue, même en cas de récidive, que s'il agresse sa compagne ou ex compagne.

 

Cette impunité flagrante laisse penser aux hommes violents qu'ils sont en droit d'avoir un tel comportement, ou qu'il ne risquent pas grand chose. Elle empêche aussi leurs victimes de signaler les violences car elles savent que la Justice ne les arrêtera pas.

 

Pour que les violences conjugales et donc les féminicides cessent, les hommes doivent être dissuadés d'utiliser la violence (physique ou verbale) au sein de leur couple ou de leur famille, par de véritables privations de leur "liberté" : éviction du logement, peines de prison ou hébergement sous contrainte en centre de rééducation, ordonnance de protection des victimes. Il est inutile de créer de nouvelles lois, le code pénal doit tout simplement s’appliquer !

Screenshot 2022-02-11 19.52.35.png