Féminicides par compagnons ou ex publiés en février 2021

14. Stella

Abattue avec une arme à feu

Mercredi 24 février à Sabonnères (Haute-Garonne) Stella Cerioli (46 ans) a été tuée par son mari David Douville (47 ans) par arme à feu et il s'est ensuite suicidé sous les yeux de leur fille (12 ans).

C'est elle qui a contacté les secours à 6h du matin indiquant que ses parents se disputaient et que son père était particulièrement violent. Les gendarmes se sont immédiatement rendus au domicile mais avant leur arrivée, la jeune fille a rappelé pour dire que ses parents étaient décédés.
En état de choc, elle a été hospitalisée.

Selon le parquet de Toulouse, « l’hypothèse du meurtre suivi de suicide est privilégiée sous réserve bien entendu de tout élément ultérieur et des conclusions des autopsies ».

Et toujours le sempiternel "drame conjugal" dans de nombreux médias complices de la banalisation de ces crimes machistes !

13. Muriel

Battue à mort

Mercredi 17 février à Charmes (Vosges), Muriel Etienne (47 ans) a été tuée par son compagnon René Collin (74 ans) dans leur appartement. Son corps a été découvert par les gendarmes.
Des sources proches de l'enquête indiquent que la victime a été trouvée en "état de rigidité cadavérique avancée" et que du sang et des nombreuses marques de coups ont été relevés sur son corps.
Sous le choc, les voisins ont souligné que la femme était régulièrement victime de violences conjugales et que l'homme se montrait souvent agressif. Une autopsie du corps est prévue.
Le septuagénaire a été interpellé sur place et placé en garde à vue pour homicide volontaire par conjoint #féminicide.
Vendredi 19 février lors de son audition devant la juge des libertés et de la détention, le septuagénaire a nié les violences, précisant que "c’est elle qui se les est fait en se cognant dans la porte" 😡 il a été placé en détention et encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

12. Stéphanie

Défenestrée

Mardi 16 février à Bordeaux (Gironde), Stéphanie Michel (31 ans) a été défenestrée de son appartement par un homme qui pourrait être son compagnon (36 ans).
L'alerte a été donnée par des passants qui ont entendu la victime hurler et appeler désespérement au secours avant de basculer dans le vide du 4ème étage. Malgré l'intervention rapide des pompiers, elle était déjà décédée.
Les policiers ont quadrillé le secteur et ont interpellé l'homme sur place. Des traces de lutte ont été relevées dans l'appartement et les investigations sont toujours en cours.
Il a été placé en garde à vue et une enquête pour homicide volontaire est ouverte.
D'après une source proche de l'enquête, la victime aurait déjà déposé plusieurs "mains courantes", dont une la semaine dernière, pour des faits de violences conjugales dans son couple.
L'homme est défavorablement connu de la police et de la justice après de multiples condamnations.
Il a été présenté à la Justice pour homicide volontaire et placé en détention.
Le parquet s'acharne à valider l'absence de relation intime alors que l'homme était présent au domicile de Stéphanie depuis plusieurs jours. (Elle n'a pas été tuée dans la rue par un inconnu). Il se garde de préciser s'il y a eu relation sexuelle et insiste sur la consommation commune de stupéfiants pour expliquer le meurtre et responsabiliser la victime 😡. Quoiqu'il en soit cela reste pour nous un #féminicide et une tentative d' #omerta de la part de la Justice pour faire baisser les chiffres de ce fléau.

11. Martine

Abattue avec une arme à feu

Dimanche 14 février à Arfeuille-Châtain (Creuse), Alain Allochon (64 ans) a abattu, avec une carabine, sa femme Martine Baumet (61 ans) ainsi que sa propre mère Simone (87 ans) dans leurs domiciles mitoyens. Il s'est ensuite suicidé en retournant l'arme contre lui.

C'est un infirmier venu faire des soins à domicile qui a découvert les corps et alerté la gendarmerie.
Le sexagénaire aurait laissé deux lettres où il reconnaît les faits et l'arme ayant servi à ce #doubleféminicide a été retrouvée à ses pieds.

L'enquête privilégie évidemment un double homicide, #féminicide et #matricide, suivi d'un suicide. Une autopsie des corps est prévue.

10. Iraida

Poignardée à mort

Dimanche 7 février à Fréjus (Var), Iraida Da Conceicao Melo Vaz Do Rosario(43 ans) a été mortellement poignardée par son compagnon (71 ans) devant leurs propres enfants (9 ans et 14 ans) à leur domicile.

Extrêmement choqués, les enfants se sont réfugiés chez un voisin qui a prévenu les secours. À leur arrivée, la victime était déjà décédée.

Le compagnon qui a tenté de s'enfuir a été empêché par des voisins. Interpellé sur place par les forces de l'ordre, il a été placé en garde à vue pour homicide volontaire par conjoint #féminicide

Contrairement à ce qui a été annoncé par les services de l'Etat, les enfants et le voisin, tous en état de choc, n'ont PAS été hospitalisés 😡 Les enfants sont hébergés depuis plus de 24h chez le voisin et tous n'ont reçu aucune assistance médico-psychologique ! C'est scandaleux #maltraitancedesvictimes

Selon les voisins, la police était déjà intervenue à plusieurs reprises au domicile du couple pour des violences conjugales sur la victime mais il n'y a pas eu de poursuite judiciaire #impunité 😡

09. Laura

Abattue avec une arme à feu

Jeudi 4 février à Cabourg (Calvados), Laura Dubosq (34 ans) a été abattue d'une balle dans la tête, par son compagnon Alexis Chely (21 ans) dans une chambre d'hôtel.
Selon ses proches elle voulait le quitter, il le refusait.
Il s'est présenté de lui-même au commissariat pour avouer les faits le jour même. Il a été placé en garde à vue et une enquête pour HOMICIDE VOLONTAIRE est ouverte #féminicide
La préméditation ayant été retenue, le compagnon de Laura a été mis en examen et écroué pour assassinat.

08. Caroline

Abattue avec une arme à feu

Mardi 2 février à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines), Caroline Beisson (29 ans) a été abattue par son compagnon Mickaël Rabort (31 ans) dans son appartement. Il s'est ensuite suicidé. Tous deux étaient policiers dans le département des Hauts-de-Seine.
C'est un voisin qui a alerté la police après avoir entendu des coups de feu dans un appartement au quatrième étage. À leur arrivée, les policiers qui ont trouvé porte close, ce sont donc les pompiers qui sont intervenus en passant par le balcon.
Caroline Beisson a reçu une balle en pleine tête et la présence d'un couteau dans sa main indique qu'elle aurait tenté de se défendre. À proximité, Mickaël Rabort a été découvert avec son arme de service qu'il a retourné contre lui.
Mickaël Rabort étant déjà en couple et avait un enfant, les enquêteurs s'orientent vers "la piste du drame extra-conjugal entre ces deux policiers". Une autre source indique que Caroline Beisson était son ex-compagne avec qui il entretenait toujours une liaison.
Non actu.fr, ce n'est pas "un drame" mais un #féminicide, un #crimedepossession où un homme s'est octroyé un droit de vie et de mort sur sa compagne !
Selon le parquet, une enquête pour "assassinat suivi du suicide de l'auteur des faits" est ouverte.

07. Rabia

Battue et étranglée

Lundi 1er février à Argenteuil (Val-d'Oise), Rabia K. (73 ans) a succombé à ses blessures à l'hôpital, après avoir été battue et étranglée par son mari Fayçal B. (83 ans) 5 jours plus tôt dans leur appartement.

C'est un des fils du couple, inquiet de l'attitude de son père au téléphone, qui s'est rendu sur place et a découvert sa mère inconsciente, le visage tuméfié, mercredi dernier. Il a immédiatement prévenu les secours.

À l'hôpital, un médecin qui a examiné la victime a relevé de multiples hématomes au visage, au cou et aux mains mais également des fractures plus anciennes, preuves que la victime était violentée depuis longtemps 😡

Prévenus par le médecin, les policiers se sont rendus à l'hôpital le vendredi pour entendre la septuagénaire qui venait de reprendre conscience. Elle leur a indiqué que c'est son mari qui l'a violemment agressée et étranglée au cours "d'une dispute".

Placé en garde à vue, l'homme a d'abord nié les faits, avant de reconnaître l'avoir giflée et étranglée. Interrogés également, les proches du couple ont mentionné des "disputes régulières" même si la victime n'avait jamais déposé plainte.

Malgré les soins, elle n'a pas survécu à ses blessures et son mari a été mis en examen pour HOMICIDE VOLONTAIRE #féminicide et violences habituelles par conjoint.

Elle était mère de plusieurs enfants.