Le Collectif

Screenshot 2022-01-08 11.36.27.png

Depuis 2016, notre collectif « Féminicides par compagnons ou ex » arpente le web pour trouver des articles de presse traitant des affaires de féminicides conjugaux en France afin d’en faire un recensement diffusé sur les réseaux sociaux et désormais notre site internet.

Notre collectif est apartisan et laïque. Notre mode de pensée est le féminisme radical, le véritable, celui qui ne fait aucune concession avec le patriarcat

Screenshot 2021-12-14 23.28.48.png

Origine du collectif

L'idée du décompte des féminicides est née en janvier 2016, sous la forme d'un blog, impulsé par plusieurs militantes abolitionnistes en lutte contre le système prostitueur. Ce blog était tenu principalement par "Diké", un surnom pour préserver son anonymat. Face au nombre de signalements de crimes de femmes et sa propre situation personnelle, celle-ci a stoppé son décompte. 

 

En juillet de la même année, d'autres militantes qui contribuaient au blog ont repris tous les posts et ont créé une page Facebook baptisée Féminicides par compagnons et ex. Derrière cet intitulé, un fléau encore trop peu pris en compte par les autorités comme par les médias. Nous déplorions à ce moment là, et encore aujourd'hui, que les meurtres de femmes finissent le plus souvent dans la rubrique des faits divers, dans la colonne "drame passionnel" ou sous un titre du type "Une dispute qui finit mal". 

C'est donc sous couvert d'anonymat et avec une détermination sans faille que nous dénonçons la réalité d'un phénomène : celui des meurtres de femmes parce qu'elles sont femmes.

Nous étions d'abord 3 militantes en 2016, puis 4 en 2017 avant que le chiffre ne retombe à 3. C'est en effet un travail particulièrement long et difficile psychologiquement de faire cette revue de presse morbide tous les jours, de poursuivre chaque jour au bord de la nausée. De plus, nous recevons régulièrement des menaces, en premier lieu venant de familles des tueurs ou aux proches de ceux qui ont commis ces meurtres. 

Depuis 2019, nous sommes 4 militantes, anciennes victimes et militantes de la première heure, soudées et plus que jamais engagées. Il y a également des internautes qui se proposent de nous aider, également bénévolement, que l'on intègre dans un fil collectif de veille, qui a parfois atteint jusqu'à 15 personnes. Malheureusement, beaucoup se découragent très vite face à l'ampleur de la tâche et de la violence des ces crimes.

La raison de notre anonymat s'explique par le fait que nous recevons des menaces comme indiqué précédemment mais également des pressions et du harcèlement de certains activistes hostiles à notre cause. Par ailleurs dès le départ, notre travail a fait l’objet de nombreuses remarques : remise en cause du terme « féminicide », demande de compter « les hommes aussi » car ils étaient également victimes de femmes, demande de compter les femmes prostituées, demande de compter les enfants car ils sont aussi victimes des violences conjugales (et c’est vrai), demande de supprimer de notre décompte les femmes âgées tuées par leur mari sous prétexte de « suicide altruiste » (cf les décomptes de Libération ou de l'AFP, qui se lancent alors dans un comptage nettoyeur de victimes et tentent de nous décrédibiliser même auprès du gouvernement.)

Objectifs de notre collectif

C'est sous couvert d'anonymat et avec une détermination sans faille que nous dénonçons la réalité d'un phénomène : celui des meurtres de femmes parce qu'elles sont femmes. Notre angle de travail est les feminicides conjugaux, c'est-à-dire le meurtre de femmes par leur compagnon ou ex. En France mais aussi dans le monde, une très grande partie des meurtres de femmes le sont par un (ex) partenaire intime. L'endroit le plus dangereux pour une femme est sa propre maison. 

L'objectif de notre décompte est aussi de comparer nos données avec les chiffres publiés tous les ans par le Ministère de l'Intérieur sur "les morts violentes au sein du couple", sauf qu'ils sont publiés six mois après le début de l'année suivante. Comment visibiliser et agir contre un phénomène s'il n'est pas mis en lumière tous les jours ? Dire une fois par an "une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint", nous donnait l'impression que c'était la fatalité, un peu comme les accidents de voiture.

Les féminicides par compagnons ou ex sont des crimes perpétrés par des hommes qui pensent, comme au Moyen-Age, que femmes et enfants sont leur propriété. Ces crimes sont systémiques, leur origine se trouve au coeur même de notre société: C'est l'idéologie patriarcale perpétuée par une éducation machiste, autorisant les hommes à dominer et chosifier les femmes et leurs enfants. Ce sont pour nous des crimes de possession : un homme s'octroie un droit de vie et de mort sur sa compagne et ses enfants.

Ces féminicides par conjoints ou ex, ont lieu à tout âge, partout, et dans toutes les catégories sociales.

Enfin, nous accompagnons les familles lorsqu'elles nous contactent via les réseaux pour trouver soutien et conseils. Ainsi, nous avons fédéré et aidé des familles de victimes à créer en 2019 l'Union Nationale des Familles de Féminicide

Ce TERRORISME CONJUGAL ET FAMILIAL doit cesser !

Fléau moins spectaculaire, plus silencieux que le terrorisme religieux

et pourtant tout aussi violent et encore plus mortifère en France