top of page

Féminicides par compagnons ou ex publiés en mai 2024

Mardi 21 mai au lieu-dit La Brosse, à Ingrandes-sur-Vienne (Vienne), une femme (nonagénaire) a été battue à mort, avec une barre métallique, par son mari (92 ans) à leur domicile. C'est un voisin qui aurait appelé les secours. La gendarmerie confirme les faits et évoque "un drame de la vieillesse"  🤢
Interpellé sur place, le mari a été placé en garde à vue avant d'être hospitalisé. Le parquet refuse de communiquer sur les faits #omerta

41. XX

Battue à mort avec une barre métallique

Mardi 21 mai au lieu-dit La Brosse, à Ingrandes-sur-Vienne (Vienne), une femme (nonagénaire) a été battue à mort, avec une barre métallique, par son mari (92 ans) à leur domicile. C'est un voisin qui aurait appelé les secours. La gendarmerie confirme les faits et évoque "un drame de la vieillesse" 🤢

Mercredi 22 mai à Saint-Jean-d’Assé (Sarthe), Évelyne (67 ans) a été abattue, avec un fusil, par son ex-mari Christian (73 ans) à proximité de son domicile alors qu'elle rentrait chez elle. L'homme, ancien motard de la police nationale, s'est ensuite suicidé avec la même arme. Ce sont des voisins, témoins des faits, qui ont alerté les secours, l'une d'elle aurait même été menacée avec l'arme par l'assassin lorsqu'elle a tenté d'intervenir . Le couple était séparé depuis 2 ans et en instance de divorce mais l'ex-conjoint ne cessait de harceler Évelyne #crimedepossession. 

En décembre 2023, il avait été jugé pour des faits de harcèlement mais avait été RELAXÉ par le tribunal correctionnel du Mans. Le parquet avait fait appel de la décision mais l'affaire ne devait être examinée qu'en septembre 2024. 
La #JusticeComplice lui a délivré un permis de la tuer ! 

Une enquête pour "meurtre avec préméditation" a été ouverte #féminicide

40. Évelyne

Abattue avec un fusil

Mercredi 22 mai à Saint-Jean-d’Assé (Sarthe), Évelyne (67 ans) a été abattue, avec un fusil, par son ex-mari Christian (73 ans) à proximité de son domicile alors qu'elle rentrait chez elle. L'homme, ancien motard de la police nationale, s'est ensuite suicidé avec la même arme. Ce sont des voisins, témoins des faits, qui ont alerté les secours, l'une d'elle aurait même été menacée avec l'arme par l'assassin lorsqu'elle a tenté d'intervenir . Le couple était séparé depuis 2 ans et en instance de divorce mais l'ex-conjoint ne cessait de harceler Évelyne #crimedepossession.

Vendredi 17 mai à Riedisheim (Haut-Rhin), Nadège Saillet (33 ans) a été volontairement percutée par son ex-compagnon, Johan M. (44 ans) avec leur véhicule. Polytraumatisée, elle est décédée peu de temps après à l'hôpital. Ce sont des témoins qui ont prévenu les secours. L'ex- conjoint aurait fait descendre la jeune femme de la voiture, avant de s'éloigner puis de revenir la renverser. Un peu plus tôt dans la soirée, la victime avait déjà été frappée par son ex-compagnon et prise en charge par les secours.
L'homme était déjà connu des services de police pour violences sur conjoint et avait interdiction d'approcher la victime. Il avait été condamné en comparution immédiate le 3 avril dernier (10 mois de prison dont 8 en sursis probatoire durant deux ans).
Les 2 mois fermes devaient être effectués sous bracelet électronique mais il n'avait toujours pas été posé, il était LIBRE de ses mouvements et a bénéficié d'un permis de la TUER ! #JusticeComplice !!
Le couple était séparé depuis 3 mois #crimedepossession
Il a été interpellé et placé en garde à vue. Une enquête pour "homicide sur conjoint" a été ouverte #féminicide
Elle était mère de 2 enfants, 9 ans et moins de 2 ans et enceinte d'un 3ème enfant.

39. Nadège

Percutée par son ex-conjoint avec sa voiture

Vendredi 17 mai à Riedisheim (Haut-Rhin), Nadège Saillet (33 ans) a été volontairement percutée par son ex-compagnon, Johan M. (44 ans) avec leur véhicule. Polytraumatisée, elle est décédée peu de temps après à l'hôpital. Ce sont des témoins qui ont prévenu les secours. L'ex-conjoint aurait fait descendre la jeune femme de la voiture, avant de s'éloigner puis de revenir la renverser.

Samedi 11 mai, à Antibes (Alpes-Maritimes) une femme (trentenaire) aurait été tuée par son ex-compagnon. C'est lui qui a prévenu les secours mais à leur arrivée il avait pris la fuite. Il est activement recherché par la Police. 
L'homme avait déjà été condamné pour violences sur la victime et avait interdiction d'entrer en contact avec elle.
Une enquête de flagrance pour homicide a été ouverte.
Une autopsie du corps doit être pratiquée dans les prochains jours.

38. XX

Battue à mort

Samedi 11 mai, à Antibes (Alpes-Maritimes) une femme (trentenaire) aurait été tuée par son ex-compagnon. C'est lui qui a prévenu les secours mais à leur arrivée il avait pris la fuite. Il est activement recherché par la Police.

Vendredi 3 mai à Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques), une femme (34 ans) a été battue à mort par son compagnon (35 ans) dans une chambre d'hôtel. Son corps présentait une importante blessure au crâne, probablement infligée avec un marteau. Arrivé sur les lieux, le procureur de la République a indiqué que la victime était connue pour être "tombée" du 5ème étage d'un autre hôtel, situé à Ciboure, le 14 avril. Son compagnon, déjà condamné pour des faits de violences conjugales, avait été dans un premier temps placé en garde à vue pour "tentative d'homicide", soupçonné de l'avoir défenestrée, avant d'être rapidement relâché, l'affaire ayant été classée en "tentative de suicide"  #JusticeLaxiste

37. XX

Battue à mort avec un marteau

Vendredi 3 mai à Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques), une femme (34 ans) a été battue à mort par son compagnon (35 ans) dans une chambre d'hôtel. Son corps présentait une importante blessure au crâne, probablement infligée avec un marteau. Arrivé sur les lieux, le procureur de la République a indiqué que la victime était connue pour être "tombée" du 5ème étage d'un autre hôtel, situé à Ciboure, le 14 avril. Son compagnon, déjà condamné pour des faits de violences conjugales, avait été dans un premier temps placé en garde à vue pour "tentative d'homicide", soupçonné de l'avoir défenestrée, avant d'être rapidement relâché, l'affaire ayant été classée en "tentative de suicide" #JusticeLaxiste

Dimanche 28 avril à Marigot (Saint-Martin), Nathalie Caux (quadragénaire), a été battue à mort par son compagnon (trentenaire) à leur domicile. Plusieurs témoins auraient rapporté "la gravité et la brutalité" de ce crime pour lequel nous n'avons que peu d'informations.
Une autopsie a été pratiquée sur la victime en début de semaine, confirmant les faits.
La procureure la République de Pointe-à-Pitre, où l'affaire a été transférée, a indiqué que "la cause de la mort est criminelle [...] l'autopsie a révélé de multiples coups sur tout le corps" sans donner de détails sur la victime et son meurtrier #Omerta  
Le conjoint, considéré comme principal suspect, a été placé en garde à vue le jeudi 2 mai et devrait être déféré ce vendredi afin d'être mis en examen pour "meurtre sur conjoint" #féminicide  Nathalie était mère de 2 filles adolescentes et exerçait le métier de conseillère en immobilier.

36. Nathalie

Battue à mort

Dimanche 28 avril à Marigot (Saint-Martin), Nathalie Caux (quadragénaire), a été battue à mort par son compagnon (trentenaire) à leur domicile. Plusieurs témoins auraient rapporté "la gravité et la brutalité" de ce crime pour lequel nous n'avons que peu d'informations.
Une autopsie a été pratiquée sur la victime en début de semaine, confirmant les faits.
La procureure la République de Pointe-à-Pitre, où l'affaire a été transférée, a indiqué que "la cause de la mort est criminelle [...] l'autopsie a révélé de multiples coups sur tout le corps" sans donner de détails sur la victime et son meurtrier #Omerta

bottom of page