top of page

Féminicides par compagnons ou ex publiés en mars 2024

Vendredi 29 mars à Mirecourt (Vosges), Claude Schaff (65 ans) a été étranglée par son compagnon Pascal Louis (sexagénaire), à leur domicile. C'est un proche du couple, inquiet de ne pas avoir de nouvelles, qui a alerté les secours. A leur arrivée, les pompiers n'ont pu que constater le décès de la victime qui remonterait à plusieurs heures avant la découverte. Le conjoint a été appréhendé sur place par les gendarmes et il aurait reconnu les faits.

Placé en garde à vue, il sera présenté ce dimanche à un juge d'instruction afin d'être mis en examen pour "homicide par conjoint" #féminicide

Elle était mère de 5 enfants, grand-mère de 8 petits-enfants et arrière-grand-mère d'une petite fille.

33. Claude

Étranglée

Vendredi 29 mars à Mirecourt (Vosges), Claude Schaff (65 ans) a été étranglée par son compagnon Pascal Louis (sexagénaire), à leur domicile. C'est un proche du couple, inquiet de ne pas avoir de nouvelles, qui a alerté les secours. A leur arrivée, les pompiers n'ont pu que constater le décès de la victime qui remonterait à plusieurs heures avant la découverte. Le conjoint a été appréhendé sur place par les gendarmes et il aurait reconnu les faits.

Mardi 26 mars à Corné (Maine-et-Loire) une femme (quadragénaire) a été abattue avec un fusil de chasse par son compagnon (quadragénaire) à leur domicile, puis l'homme s'est suicidé. Ce sont les voisins qui ont donné l'alerte après avoir entendu des coups de feu.
La victime était mère de 2 enfants âgés de 19 ans et 12 ans qui ont été pris en charge 
Le couple était en instance de séparation.
Selon le procureur, "l’hypothèse d’un féminicide suivie d’un suicide est privilégiée à ce stade."

32. XX

Abattue avec un fusil de chasse

Mardi 26 mars à Corné (Maine-et-Loire) une femme (quadragénaire) a été abattue avec un fusil de chasse par son compagnon (quadragénaire) à leur domicile, puis l'homme s'est suicidé. Ce sont les voisins qui ont donné l'alerte après avoir entendu des coups de feu.
La victime était mère de 2 enfants âgés de 19 ans et 12 ans qui ont été pris en charge

Dans la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 mars à Montigny-lès-Metz (Moselle), une femme (32 ans) a été battue à mort par son compagnon et un ami de celui-ci dans un appartement. Lorsque les secours sont intervenus, la victime présentait de graves blessures au visage et a été transportée aux urgences avec un pronostic vital engagé. Elle est décédée peu de temps après à l'hôpital.
Si au départ les enquêteurs avançaient la piste de "la soirée alcoolisée qui a tragiquement dérapé", les investigations ont démontré que l'un des auteurs "entretenait une relation sentimentale" avec la victime. Une enquête a été ouverte pour « meurtre par personne en état d’ivresse manifeste » à l’encontre de l'ami et pour « meurtre par conjoint » à l’encontre du compagnon #féminicide Les deux hommes devraient être présentés à un juge d'instruction dans la soirée du vendredi 15 mars.

31. XX

Battue à mort

Dans la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 mars à Montigny-lès-Metz (Moselle), une femme (32 ans) a été battue à mort par son compagnon et un ami de celui-ci dans un appartement. Lorsque les secours sont intervenus, la victime présentait de graves blessures au visage et a été transportée aux urgences avec un pronostic vital engagé. Elle est décédée peu de temps après à l'hôpital.

Vendredi 15 mars à Marseille (Bouches-du-Rhône) une femme (84 ans) a été abattue par son mari (89 ans) puis il s'est suicidé avec la même arme.
Il aurait prévenu un proche avant de passer à l'acte.
Policiers et marins-pompiers n'ont pu que constater les décès à leur arrivée.  
Une enquête pour "homicide volontaire par conjoint" a été ouverte.

30. XX

Abattue avec une arme à feu

Vendredi 15 mars à Marseille (Bouches-du-Rhône) une femme (84 ans) a été abattue par son mari (89 ans) puis il s'est suicidé avec la même arme.
Il aurait prévenu un proche avant de passer à l'acte.

Dans la nuit du jeudi 1er au vendredi 2 février à Saint-Paul-de-Fenouillet (Pyrénées-Orientales), une femme (35 ans) a été défenestrée par son compagnon (37 ans) à leur domicile. Grièvement blessée notamment au niveau de la tête, la victime avait été évacuée par les sapeurs-pompiers vers un hôpital avec un pronostic vital engagé. Aux alentours du 20 février, elle a succombé à ses blessures, le parquet n'a pas communiqué la date exacte #Omerta Le soir du crime, son conjoint avait interpellé à proximité, puis placé en garde à vue avant d'être mis en examen et écroué pour "tentative d'homicide par conjoint" 2 jours plus tard #féminicide. 
Avec le décès de la victime, la qualification des faits devrait avoir évolué vers une mise en examen pour homicide mais le parquet refuse de délivrer la moindre information malgré de multiples relances ces dernières semaines. #Omerta 
Pas de date de décès, pas de confirmation de mise en examen pour "homicide par conjoint", pas d'informations sur les antécédents du compagnon, RIEN ! Encore une fois nous déplorons le refus de communiquer d'un parquet.
Combien de #feminicides sont-ils ainsi passés sous silence ? Comment un parquet peut-il se dire "engagé dans la lutte contre des violences faites aux femmes" alors qu'il en dissimule l'existence ? #JusticeComplice

29. XX

Défenestrée

Dans la nuit du jeudi 1er au vendredi 2 février à Saint-Paul-de-Fenouillet (Pyrénées-Orientales), une femme (35 ans) a été défenestrée par son compagnon (37 ans) à leur domicile. Grièvement blessée notamment au niveau de la tête, la victime avait été évacuée par les sapeurs-pompiers vers un hôpital avec un pronostic vital engagé. Aux alentours du 20 février, elle a succombé à ses blessures, le parquet n'a pas communiqué la date exacte #Omerta Le soir du crime, son conjoint avait interpellé à proximité, puis placé en garde à vue avant d'être mis en examen et écroué pour "tentative d'homicide par conjoint" 2 jours plus tard #féminicide.

Lundi 11 mars à Gerstheim (Bas-Rhin), Liling (55 ans) a été étranglée à mort avec une ceinture par son compagnon (64 ans). Au cours de l'agression, elle est parvenue à alerter les gendarmes mais elle était déjà morte à leur arrivée.
L'homme a été interpellé en possession d'un couteau, et placé en garde à vue.
Il a été mis en examen et placé en détention provisoire.
Le parquet de Strasbourg a ouvert une information judiciaire pour "homicide sur conjoint" #féminicide
Liling était mère d'une fille.

28. Liling

Étranglée avec une ceinture

Lundi 11 mars à Gerstheim (Bas-Rhin), Liling (55 ans) a été étranglée à mort avec une ceinture par son compagnon (64 ans). Au cours de l'agression, elle est parvenue à alerter les gendarmes mais elle était déjà morte à leur arrivée.

Dans la nuit de lundi 11 à mardi 12 mars à Saint-Raphaël (Var) une femme (65 ans) aurait été tuée par son compagnon dans un appartement que le couple, originaire de Belgique, avait  loué pour des vacances. 
Les 1ers éléments confirment qu'une "dispute" aurait éclaté dans la nuit. L'homme a lui même prévenu les secours. 
Le corps de la victime présente des marques de violences sur les poignets et sur le cou. Des traces de sang ont été constatées dans le logement.
Le compagnon a été placé en garde à vue. Les enquêteurs en charge de l'affaire suspectent un #féminicide.

27. XX

Cause du décès inconnue

Dans la nuit de lundi 11 à mardi 12 mars à Saint-Raphaël (Var) une femme (65 ans) aurait été tuée par son compagnon dans un appartement que le couple, originaire de Belgique, avait loué pour des vacances.
Les 1ers éléments confirment qu'une "dispute" aurait éclaté dans la nuit. L'homme a lui même prévenu les secours.
Le corps de la victime présente des marques de violences sur les poignets et sur le cou. Des traces de sang ont été constatées dans le logement.

Dimanche 28 janvier à Beussent (Pas-de-Calais), Alicia Philippe (28 ans) a été tuée avec un couteau et un marteau par son compagnon Nicolas Hanquez (27 ans) à leur domicile. L'homme a ensuite maquillé la scène de crime en "cambriolage qui aurait mal tourné" avant de prévenir les gendarmes. A leur arrivée, il a indiqué avoir trouvé le corps de la jeune femme alors qu'il revenait de la boulangerie. Si au départ les enquêteurs semblent privilégier la thèse du cambriolage, leurs investigations vont rapidement refermer cette porte. C'est finalement sur le compagnon, Nicolas Hanquez, que leurs soupçons se sont portés après la lecture du rapport du médecin qui indique que l'heure du décès d'Alicia est incohérente avec les déclarations de son conjoint. Lundi 11 mars, Nicolas Hanquez a été interpellé et placé en garde à vue pour "homicide par conjoint", il aurait reconnu les faits et également précisé qu'il aurait tenté d'empoisonner Alicia avec des médicaments quelques jours avant son décès. #féminicide 
Par ailleurs, les enquêteurs ont découvert que ce dernier entretenait une relation en ligne depuis peu avec une "amante virtuelle", rencontrée sur les réseaux sociaux, qui était en réalité un spécialiste de l'arnaque aux sentiments. L'assassin évoque cette nouvelle histoire comme mobile de son crime. Alicia avait-elle découvert les faits et décidé de le quitter ? La rupture avec Alicia n'est-elle pas la véritable raison qui a poussé Nicolas Hanquez a tué sa compagne ? Pourquoi ne l'a-t-il pas simplement quittée s'il voulait "refaire sa vie" comme il l'a suggéré en garde à vue ? #crimedepossession
A l'issue de sa garde à vue demain, Nicolas Hanquez devrait être mis en examen et écroué. Alicia Philippe était secrétaire médicale dans un centre hospitalier de la région.

26. Alicia

Battue avec un marteau et poignardée avec un couteau

Dimanche 28 janvier à Beussent (Pas-de-Calais), Alicia Philippe (28 ans) a été tuée avec un couteau et un marteau par son compagnon Nicolas Hanquez (27 ans) à leur domicile. L'homme a ensuite maquillé la scène de crime en "cambriolage qui aurait mal tourné" avant de prévenir les gendarmes. A leur arrivée, il a indiqué avoir trouvé le corps de la jeune femme alors qu'il revenait de la boulangerie. Si au départ les enquêteurs semblent privilégier la thèse du cambriolage, leurs investigations vont rapidement refermer cette porte. C'est finalement sur le compagnon, Nicolas Hanquez, que leurs soupçons se sont portés après la lecture du rapport du médecin qui indique que l'heure du décès d'Alicia est incohérente avec les déclarations de son conjoint. Lundi 11 mars, Nicolas Hanquez a été interpellé et placé en garde à vue pour "homicide par conjoint", il aurait reconnu les faits et également précisé qu'il aurait tenté d'empoisonner Alicia avec des médicaments quelques jours avant son décès. #féminicide

bottom of page