top of page

Féminicides par compagnons ou ex publiés en octobre 2023

Dans la nuit du lundi 30 au mardi 31 octobre à Oissel (Seine-Maritime), une femme (46 ans) a été tuée par son compagnon à leur domicile. C'est un médecin venu constater le décès qui aurait prévenu la police. L'homme aurait alors avoué avoir tué sa compagne aux forces de l'ordre présentes. #féminicide 
Il a depuis été placé en garde en vue. le procureur de la République de Rouen a confirmé les faits : Il s'agit d'un #féminicide.

88. XX

Cause du décès inconnue

Dans la nuit du lundi 30 au mardi 31 octobre à Oissel (Seine-Maritime), une femme (46 ans) a été tuée par son compagnon à leur domicile. C'est un médecin venu constater le décès qui aurait prévenu la police. L'homme aurait alors avoué avoir tué sa compagne aux forces de l'ordre présentes. #féminicide

Dimanche 29 octobre à Meurchin (Pas-de-Calais), Chantal Jaspart (74 ans) a été abattue, avec une carabine, par son mari Michel Blanchant (73 ans) à leur domicile. L'homme s'est ensuite suicidé en retournant l'arme contre lui. C'est un voisin qui a donné l'alerte, inquiet de trouver porte close. Lorsque les secours sont arrivés, Madame était en arrêt cardio-respiratoire, tandis que son meurtrier était encore conscient.Il est décédé quelques instants après. 
Les enquêteurs privilégient la piste du #féminicide suivi d'un suicide.
Une autopsie des corps a été ordonnée.

87. Chantal

Abattue avec une carabine

Dimanche 29 octobre à Meurchin (Pas-de-Calais), Chantal Jaspart (74 ans) a été abattue, avec une carabine, par son mari Michel Blanchant (73 ans) à leur domicile. L'homme s'est ensuite suicidé en retournant l'arme contre lui. C'est un voisin qui a donné l'alerte, inquiet de trouver porte close. Lorsque les secours sont arrivés, Madame était en arrêt cardio-respiratoire, tandis que son meurtrier était encore conscient.Il est décédé quelques instants après.

Dimanche 29 octobre à Paris (18ème arrondissement), le corps de Giuliana B. (37 ans) ainsi que celui de son ex-compagnon Lionel W. (52 ans) ont été découverts, par des policiers, dans l'appartement de la jeune femme. Elle aurait été poignardée à une vingtaine de reprises par son ex-compagnon, puis celui-ci se serait suicidé en se portant un seul coup de couteau en plein cœur. Le couple venait de se séparer. #crimedepossession La piste d'un #féminicide suivi d'un suicide serait privilégiée par les enquêteurs. 
Les secours ont été alertés par la mère et le frère de Giuliana B., domiciliés dans le même immeuble et inquiets de ne plus avoir de nouvelles depuis plusieurs jours. Fortement choqués, ils ont été pris en charge.
L'ex-compagnon Lionel W. était défavorablement connu des services de police pour des faits de violences conjugales, commis en 2014 et 2018. En 2021, il avait écopé d'une peine de 2 mois d’emprisonnement avec sursis pour des violences commises sur une précédente compagne.
Giuliana B. était directrice de salle dans un restaurant étoilé au Guide Michelin situé dans le 7ème arrondissement de Paris.

86. Giuliana

Poignardée à mort

Dimanche 29 octobre à Paris (18ème arrondissement), le corps de Giuliana B. (37 ans) ainsi que celui de son ex-compagnon Lionel W. (52 ans) ont été découverts, par des policiers, dans l'appartement de la jeune femme. Elle aurait été poignardée à une vingtaine de reprises par son ex-compagnon, puis celui-ci se serait suicidé en se portant un seul coup de couteau en plein cœur. Le couple venait de se séparer. #crimedepossession La piste d'un #féminicide suivi d'un suicide serait privilégiée par les enquêteurs.

Samedi 28 octobre à Grasse (Alpes-Maritimes), Jemima (29 ans) a été égorgée par son compagnon (34 ans) à son domicile. Elle avait déjà porté plainte contre lui pour violence en 2021, il avait bénéficié d'un simple rappel à la loi puis d'un classement sans suite.
La victime, probablement terrorisée par cet homme violent, avait retiré sa plainte et le parquet s'était bien gardé de se saisir pour protéger cette femme en danger ! Encore un homme violent connu et laissé libre de recommencer !
Il a été placé en détention.
Une information judiciaire a été ouverte du chef d'"homicide volontaire par conjoint". #féminicide

85. Jemima

Égorgée

Samedi 28 octobre à Grasse (Alpes-Maritimes), Jemima (29 ans) a été égorgée par son compagnon (34 ans) à son domicile. Elle avait déjà porté plainte contre lui pour violence en 2021, il avait bénéficié d'un simple rappel à la loi puis d'un classement sans suite.

Dimanche 1er octobre à Sainte-Maure-de-Peyriac (Lot-et-Garonne), Séverine Béziat (46 ans) a été mortellement poignardée à une trentaine de reprises par Claude Olivier (49 ans). Son corps a été découvert dans sa voiture. Cet homme présenté comme une "connaissance" par la Justice est en réalité le meilleur ami de Séverine Béziat, amoureux d'elle depuis longtemps et qu'elle avait éconduit. Il ne supportait pas qu'elle ait une relation avec un autre homme #crimedepossession

Ce sont des proches de Séverine qui ont immédiatement orienté les enquêteurs vers Claude Olivier. Sur les réseaux sociaux, ils précisent d'ailleurs : "Toi son meilleur ami, tu l'as tuée car elle n'a jamais voulu de toi, tu as préféré la supprimer que de la voir heureuse"

Interpellé, l'homme a rapidement reconnu les faits en garde à vue, précisant qu'il aurait tué Séverine dans le village de Sos, avant de déplacer le corps.
Jeudi 5 octobre, il a été mis en examen pour meurtre et a été placé en détention provisoire #féminicide 

Séverine Béziat était mère de 2 filles (7 ans et 21 ans) et a longtemps travaillé en tant qu'ASH dans un Ehpad.

84. Séverine

Poignardée

Dimanche 1er octobre à Sainte-Maure-de-Peyriac (Lot-et-Garonne), Séverine Béziat (46 ans) a été mortellement poignardée à une trentaine de reprises par Claude Olivier (49 ans). Son corps a été découvert dans sa voiture. Cet homme présenté comme une "connaissance" par la Justice est en réalité le meilleur ami de Séverine Béziat, amoureux d'elle depuis longtemps et qu'elle avait éconduit. Il ne supportait pas qu'elle ait une relation avec un autre homme #crimedepossession

Dans la nuit de jeudi à vendredi 6 octobre à Pierre-Bénite (Rhône) Yasmina Sakhri (41 ans) a été tuée de 12 coups de couteau par son mari (55 ans) en présence de ses quatre enfants (âgés de 6, 9, 12 et 13 ans). Leur fils aîné a tenté de s'interposer et a été blessé à la main. L'homme était connu des services de Police. Il a été interpellé et placé en garde à vue..

NON BFMTV ce n'est pas "une dispute" qui déclenche le meurtre d'une femme au couteau, c'est la réponse d'un conjoint violent à la frustration, d'un homme haineux qui se croit tout-puissant et n'hésite pas à massacrer une mère sous les yeux de ses 4 enfants ! #féminicide

83. Yasmina

Poignardée

Dans la nuit de jeudi à vendredi 6 octobre à Pierre-Bénite (Rhône) Yasmina Sakhri (41 ans) a été tuée de 12 coups de couteau par son mari (55 ans) en présence de ses quatre enfants (âgés de 6, 9, 12 et 13 ans). Leur fils aîné a tenté de s'interposer et a été blessé à la main. L'homme était connu des services de Police. Il a été interpellé et placé en garde à vue.

Jeudi 28 septembre à Nice (Alpes-Maritimes), Edith (88 ans) a été étranglée avec un câble électrique, par son mari Jean-Louis (87 ans) à leur domicile.Il ensuite a appelé les pompiers et a reconnu l'avoir tuée. Ces derniers n'ont pu que constater le décès de la victime.
Le mari a immédiatement déclaré avoir "abrégé les souffrances de sa femme", ce que la presse s'empresse de relayer !  NON c'est un #féminicide ! Nul n'a le droit de tuer quelqu'un, quel que soit son état de santé.

D'ailleurs, les premiers éléments de l'enquête indiquent que le cancer d'Edith venait juste d'être détecté et qu'elle n'était absolument pas mourante ! Lors de sa garde à vue, il a admis sans difficulté ne pas vouloir s'occuper de sa femme malade et qu'il "voulait passer ses nuits tranquille".

Jean-Louis a été mis en examen pour "homicide par conjoint" et a été écroué. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

82. Edith

Étranglée

Jeudi 28 septembre à Nice (Alpes-Maritimes), Edith (88 ans) a été étranglée avec un câble électrique, par son mari Jean-Louis (87 ans) à leur domicile.Il ensuite a appelé les pompiers et a reconnu l'avoir tuée. Ces derniers n'ont pu que constater le décès de la victime.
Le mari a immédiatement déclaré avoir "abrégé les souffrances de sa femme", ce que la presse s'empresse de relayer ! NON c'est un #féminicide ! Nul n'a le droit de tuer quelqu'un, quel que soit son état de santé.

bottom of page