Les féminicides par compagnons
ou ex en novembre 2021

105. Magalie

Poignardée à mort

Lundi 29 novembre à Portel-des-Corbières (Aude), Magalie Coste (35 ans) a été poignardée à l'arme blanche par son compagnon (40 ans) à leur domicile. Leurs deux enfants (7 ans et 10 ans) étaient présents dans l'habitation au moment des faits. Ils ont été hospitalisés en état de choc.
L'homme a été appréhendé à proximité du domicile. Il devrait être mis en examen pour "homicide par conjoint" #féminicide
Le procureur a prévu de s'exprimer vendredi au cours d'une conférence de presse.

104. Bouchra

Poignardée à mort

Vendredi 26 novembre à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), Bouchra Bouali (44 ans) a été poignardée à mort par son ex-compagnon Khalid (51 ans) à son domicile. Elle bénéficiait d'un Téléphone Grave Danger. Ses deux enfants étaient présents dans l'appartement au moment des faits. L'homme, en détention provisoire à Fleury-Mérogis (Essonne), avait bénéficié d'une permission de sortie 😡 #Justicelaxiste

L'ancien compagnon aurait d'abord agressé la victime avec un taser pour l'immobiliser avant de la poignarder violement à plusieurs reprises. Il se serait ensuite rendu dans un commissariat pour avouer les faits.

Cet homme était identifié comme dangereux et sa victime était bénéficiaire du dispositif « femmes en très grand danger », comment et pourquoi a-t-il obtenu une permission de sortie ? 😡
Khalid, l'ex-compagnon avait été condamné le 25 juillet à un an de prison dont six mois ferme pour des violences et des menaces commises sur sa compagne le 7 juin. Bouchra ayant déclenché son téléphone grave danger le 5 octobre, une partie de son sursis avait été révoquée. Il aurait dû être incarcéré jusqu'au 7 décembre mais avait été libéré le 19 novembre sans que Bouchra soit informée, elle n'avait donc pas pris le Téléphone Grave Danger sur elle. Lundi 29 novembre, Khalid va être présenté à un juge d’instruction en vue de sa mise en examen pour "meurtre par ex-conjoint" #féminicide

103. Marie

Abattue avec une arme à feu

Mercredi 24 novembre à Saint-Genis-Laval (Rhône), Marie Masse (83 ans) a été abattue, avec un pistolet à grenaille, par son mari (octogénaire) à leur domicile. L'homme a ensuite contacté les secours pour avouer les faits.

Il a été placé en garde à vue pour homicide par conjoint #féminicide
Il a indiqué aux enquêteurs avoir tiré sur son épouse pour "abréger ses souffrances car elle était atteinte de la maladie d'Alzheimer" selon ses dires 😡

Encore et encore, nous devons rappeler que ni l'âge, ni la maladie ou le handicap sont des justificatifs pour abattre sa femme comme du gibier ! Il faut que notre société cesse de romantiser ces féminicides et de trouver des circonstances atténuantes à leurs auteurs. C'est un #crimedepossession où un homme s'octroie un droit de vie et de mort sur sa compagne.

102. Marie Josiane

Battue à mort

Samedi 20 novembre à Belfort (Territoire de Belfort), le corps sans vie de Marie Josiane Meyssonier (60 ans) a été découvert par les secours, elle a été battue à mort par son mari (55 ans) à leur domicile. Une femme (40 ans), qu'ils hébergeaient, était présente et aurait également exercé des violences sur la victime. Ils sont tous les deux mis en examen pour ""violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner."" 😡

C'est le mari qui s'est décidé à appeler les secours indiquant que sa femme était décédée de ""cause naturelle"". Cependant, les premières constatations sur la victime ont indiqué des traces de violences et ont permis de mettre en évidence que le décès de Marie Josiane remontait à plusieurs jours.

L'enquête a été confiée à un juge d'instruction. Le mari et leur invitée ont été déférés à l'issue de leur garde à vue.

101. XX

Abattue avec une arme à feu

Dimanche 14 novembre à Clastres (Aisne), une femme (85 ans) aurait été abattue, avec une arme à feu, par son mari (83 ans) dans leur maison. L'homme se serait ensuite suicidé.

Ce sont des membres de la famille, alertés par des voisins, qui ont fait la macabre découverte.
Le procureur indique que "les constatations sur les lieux orientent vers des décès consécutifs à un tir par arme à feu" et qu'une lettre aurait été trouvée sur les lieux qui indiquerait une "volonté commune" de mettre fin à leur jour 😡

Pourtant, les proches sont formels, rien n'indique que Madame comptait se suicider ! #OMERTA #Féminicidesdefemmeséniors
cachés sous le tapis
Qui a écrit la lettre ? Qui tenait l'arme ?
Sachant d'ailleurs, que moins de 9% des femmes se suicident avec une arme à feu, comment pouvez-vous croire, M. Le Procureur que cette dame de 85 ans était consentante à mourir abattue comme un sanglier ? 🤮 #JusticeComplice

Nous rappelons que, chaque année, près de 22% des féminicides par compagnon ou ex concernent des femmes âgées de plus de 75 ans, la plupart abattue avec une arme à feu.
Ni l'âge, la maladie ou le handicap ne sont des excuses, il n'y a ni amour, ni compassion dans ces crimes : ce sont des #crimesdepossession où un homme s'octroie un droit de vie et de mort sur sa compagne !

100. Valérie

Poignardée à mort

Dimanche 14 novembre à Faulquemont (Moselle), Valérie Diener (49 ans) a été tuée avec une arme blanche, par son compagnon Philippe Glaiser (46 ans) dans leur maison. L'homme se serait ensuite suicidé avec la même arme.

Ce sont des proches qui ont fait la macabre découverte et qui a alerté les secours. La scène du crime et même toute la rue ont été bouclées, la voiture du couple a été saisie. De nombreux techniciens d'investigation ont été dépêchés pour analyser cette scène de crime.

Le procureur de Metz refuse de communiquer sur le dossier et parle d' ""hypothèse criminelle sans que l’on puisse avoir de connaissance exacte des circonstances"" 😑 #OMERTA

Une autopsie des corps est prévue mercredi. Une source a également indiqué que le mari était dépressif et vivait reclus depuis un certain temps, ce qui viendrait étayer la piste du #féminicide suivi d'un suicide. L'autopsie confirme le féminicide de Valérie Diener suivi du suicide de Philippe Glaiser. Le 5 janvier déjà, il avait mis le feu à leur maison pensant que sa compagne voulait le quitter 😡

99. Lise-May

Poignardée à mort

Samedi 6 novembre à Saint-Joseph (La Réunion), Lise May Morel (55 ans) a été poignardée à mort par son ex-compagnon Jean-Paul Gonthier (56 ans) à son domicile, devant deux de leurs enfants. L'homme a ensuite tenté de se suicider en retournant l'arme contre lui. Victime de violences conjugales depuis 35 ans, la victime l'avait quitté depuis 2 mois et il refusait de l'accepter #crimedepossession

Selon les premiers éléments, le meurtrier aurait sauté le portail et fracturé la porte de la cuisine avant de se jeter sur Lise May avec un couteau. Les cris de la victime ont alerté deux de leurs enfants mais ils n'ont pas pu protéger leur mère qui est décédée quelques instants après.

La procureure de La République indique qu'une enquête a immédiatement été ouverte pour ""meurtre sur conjoint"" #féminicide
L'homme a été évacué vers un centre hospitalier afin d’y subir une intervention chirurgicale, son pronostic vital étant engagé.
Selon les enfants de la victime, Lise May avait porté plainte à plusieurs reprises contre son ex-compagnon mais les gendarmes n'ont jamais pris ses plaintes au sérieux ! Ils ont privilégié la version de Jean-Paul Gonthier, laissant Lise May se faire sauvagement assassinée devant ses enfants 😡 #GendarmerieComplice #Permisdetuer Jeudi 11 novembre, le meurtrier, qui est sorti de l'hôpital, a été mis en examen pour ""meurtre sur conjoint"" et placé en détention provisoire. Pratiquée lundi dernier, l'autopsie de Lise May Morel a révélé qu'elle a reçu près de 70 coups de couteau, dont un en plein cœur.
Lise May était mère de 3 enfants.

98. Christine

Abattue avec une arme à feu

Samedi 6 novembre à Marseille (Bouches du Rhône), Christine Fernandez (50 ans) a été abattue, dans son sommeil, par son ex-mari Frédéric Gueydon (49 ans) à leur domicile, puis il s'est suicidé. Elle venait de demander le divorce et il n'acceptait pas cette situation #crimedepossession

Ce sont des amis du couple, inquiets de ne pas avoir de nouvelles qui ont donné l'alerte. Le corps de la femme a été découvert dans le lit conjugal tandis que celui du mari gisait dans le couloir.

Selon la Police ""c’est probablement le mari qui a d’abord tué sa femme et s’est tué après"". Dépressif, il aurait saisi un fusil de chasse pour abattre son ex-épouse pendant qu'elle dormait car il n'acceptait pas la rupture 😡