Les féminicides par compagnons
ou ex publiés en octobre 2021

97. Cindy dite Karlasa

Abattue avec une arme à feu

Dans la nuit du dimanche 24 au lundi 25 octobre à Villecresnes (Val-de-Marne), Cindy Zeferino dite Karlasa (20 ans) a été abattue avec une arme à feu par son mari (25 ans) dans leur studio. Il s'est rendu ce mardi dans un commissariat de Paris pour avouer son crime.

Les pompiers, prévenus par la police, se sont introduits dans le domicile et ont fait la macabre découverte. Le corps de la jeune femme était entièrement recouvert d’un drap et d’un film alimentaire, ""comme si le tueur avait voulu le momifier"" selon un témoin.

Les premiers éléments de l'enquête indiquent que l'homme aurait tenté de maquiller ce #féminicide avant de se raviser et de se rendre à la police. Il a été placé en garde à vue. Jeudi 28 octobre 2021, l'arme du crime a été retrouvée dans la rivière où le meurtrier l'avait jetée. Par ailleurs, l'autopsie confirme que Karlasa a succombé à une balle en pleine tête. Le conjoint invoque un ""tir accidentel au cours d'une dispute"" 😡

96. Sofya

Poignardée à mort

Dans la nuit du vendredi 22 au samedi 23 octobre à Pau (Pyrénées-Atlantiques), Sofya Rudeshko (34 ans) a été mortellement poignardée par son ex-compagnon Christophe Bernadet (42 ans) dans son appartement. L'homme s'est ensuite suicidé en s'infligeant des coups de couteau et se jetant du balcon.

Ce sont des policiers "avisés par des tiers" qui ont fait la macabre découverte.
« Les premières investigations laissent penser que monsieur aurait pu tuer madame avant de se donner la mort », précise la procureure #féminicide

Une lettre d'aveux a été découverte dans l'appartement de Sofya dans laquelle l'homme indique son intention de la tuer, n'acceptant pas qu'elle ait rompu avec lui en septembre #crimedepossession

95. Marie

Abattue avec une arme à feu

Mercredi 20 octobre à Marseille (Bouches-du-Rhône), Marie (69 ans) a été abattue avec un pistolet automatique par son mari (71 ans), alors qu'elle était hospitalisée à l'hôpital Nord de Marseille. L'homme s'est ensuite suicidé avec la même arme.

La police, prévenue par le personnel soignant, a découvert les corps ainsi qu'une lettre écrite par le septuagénaire dans lequel il avoue son crime, le justifiant par le fait que sa femme était atteinte de la maladie de Charcot 😡

À nouveau, nous rappelons que l'âge, la maladie, le handicap ne justifient pas d'abattre sa femme comme du gibier. Ce n'est ni de l'amour ni de la compassion, c'est un #féminicide !
Et quelle violence pour leurs proches, les autres patients et le personnel soignant ! De quoi les traumatiser pour très longtemps ! C'est un acte violent et égoïste qui n'a rien de romantique !

94. XX

Poignardée à mort

Lundi 18 octobre à Mulhouse (Haut-Rhin), une femme (59 ans) a succombé à ses blessures après avoir été poignardée la semaine dernière par son ex-mari (59 ans) dans l'appartement de sa soeur. L'homme a également grièvement blessé ce jour là son ex-belle-soeur (61 ans) et sa propre fille (39 ans) avec le même poignard. La victime venait de demander le divorce #crimedepossession

C'est le dimanche 10 octobre que les 3 femmes ont été violemment agressées à l'arme blanche. L'une d'entre-elles a pu prévenir les secours. L'ex-mari s'est rendu de lui-même au commissariat pour avouer son crime.

La procureure a indiqué que la préméditation serait retenue pour ce #féminicide et cette double tentative de #féminicide car l'homme s'est rendu de lui même à l'appartement de sa belle-soeur pour ""demander des comptes à sa femme avec un poignard"" 😡

93. Bernadette

Abattue avec une arme à feu

Jeudi 14 octobre à Jussy (Moselle), Bernadette Erman (74 ans) a été abattue à coup de fusil par son mari Jean-Pierre Prioux (82 ans) à leur domicile. Il a ensuite tenté de mettre fin à ses jours avec la même arme.

C'est une infirmière, venant effectuer des soins sur la victime, qui a fait la macabre découverte. La femme avait déjà succombé à ses blessures tandis que le mari a été hospitalisé dans un état grave.

Selon les premiers de l'enquête, la victime était malade, atteinte de démence, situation que son époux n'acceptait pas. À nouveau, nous rappelons que l'âge, la maladie, le handicap ne justifient pas d'abattre sa femme comme du gibier. Ce n'est ni de l'amour ni de la compassion, c'est un féminicide !

Le parquet de Metz a ouvert une enquête pour ""assassinat par conjoint"" #féminicide

Elle était mère d'un fils. Lundi 18 octobre, le meurtrier étant décédé à l'hôpital, le parquet a annoncé l'extinction de l'action publique.

92. Suzanne

Étranglée à mort

Lundi 11 octobre à Isle-Aumont (Aube), Suzanne Calas (74 ans) a été étranglée par son mari Bernard Pallot (septuagénaire) à leur domicile.

Selon les premiers de l'enquête, la victime était malade. Nous rappelons que l'âge, la maladie, le handicap ne justifient pas de se "débarrasser" d'une femme devenue "inutile" aux yeux de son conjoint. Ce n'est ni de l'amour ni de la compassion mais un crime : un #féminicide !

Une enquête est ouverte et le mari a été placé en garde à vue pour "homicide par conjoint".

91. Elga

Écrasée avec une voiture

Dans la nuit du mercredi 9 au jeudi 10 juin à Saint-Sigismond (Maine-et-Loire), Elga Salardaine (47 ans) a été tuée par son compagnon Pierre-Nicolas Chupin (46 ans) d'un violent choc à la tête. Elle aurait été retrouvée ensanglantée, à quelques mètres de sa voiture dans l'allée menant domicile de celui-ci. Son compagnon a ensuite pris la fuite pendant 24h, traqué par un important dispositif de gendarmerie. Lorsqu'il s'est rendu, il était couvert de lacérations qu'il s'était infligé avec un couteau.
Hospitalisé dans un premier temps, Pierre-Nicolas Chupin a ensuite été mis en examen pour meurtre sans que le parquet ait communiqué l'information #OMERTA
Évoquant un "accident" puis "une fausse manoeuvre avec son camion", Pierre-Nicolas Chupin a obtenu sa remise en liberté sous contrôle judiciaire devant le juge des libertés et de la détention 😡
Le parquet d'Angers a depuis fait appel de cette décision, réclamant son incarcération car les éléments relevés sur la scène de crime ne concordent pas avec les déclarations du compagnon.
Le délibéré concernant cette mise en détention aura lieu le lundi 18 octobre mais dans tous les cas, Pierre-Nicolas Chupin reste mis en examen pour homicide #féminicide
Elga était mère de 2 enfants.

90. Karine

Étranglée à mort

Lundi 4 octobre à Méaulte (Somme), Karine Ducastel (50 ans) a été étranglée à mort par son ex-mari Francis Masse (64 ans) à son domicile. L'homme s'est ensuite suicidé en se jetant sous un train. La victime avait mis un terme à leur relation il y a quelques semaines #crimedepossession

Le procureur de la République, Alexandre de Bosschère, confirme que le corps de la compagne "victime d’une mort violente" a été découvert après que l’homme ait été percuté par un train de frêt.
Une enquête pour "homicide" a été ouverte #féminicide

Le 22 août 2021, Francis Masse avait été placée en garde à vue pour des violences conjugales sur Karine et outrages aux gendarmes. « Le parquet a orienté le dossier en composition pénale », une procédure simplifiée pour éviter un procès souligne le procureur 😡 #JusticeLaxiste

Karine était mère d'un fils de 17 ans et d'une fille de 22 ans.