Les Féminicides par compagnons ou ex publiés en septembre 2021

89. Nadège

Violée et battue à mort

Mercredi 29 septembre à Grenay (Pas-de-Calais), Nadège Selle (37 ans) aurait été tuée par son compagnon Yann Marousez (35 ans). Elle est décédée à l'hôpital après avoir été découverte inanimée dans leur appartement. L'homme a été incarcéré pour ""viol aggravé"" et les faits pourraient être requalifiés prochainement en ""homicide"" selon le procureur #féminicide

C'est le conjoint qui a prévenu les secours indiquant que sa compagne faisait une overdose. Elle a été transportée en urgence absolue avant de succomber malgré les efforts des soignants.

Cependant, les premiers éléments de l'enquête sont venus contredire la version du compagnon. Il a depuis été mis en examen et écroué. Des analyses complémentaires sont en cours.

Nadège était mère de 3 enfants qui n'étaient pas présents au moment des faits.

Mardi 5 octobre, les résultats de l'autopsie révélés sont accablants. Le médecin légiste a relevé des multiples marques de sévices sexuels, des actes de torture et barbarie. Selon le procureur, le compagnon de Nadège a filmé les sévices qu'il lui a infligés, ce qui a donc conduit à son incarcération immédiate pour ""viol aggravé"" dans l'attente des résultats de l'enquête pour homicide.

88. Jennifer

Battue à mort

Mercredi 29 septembre à Denain (Nord), Jennifer Philippon (24 ans) a été battue à mort, avec des objets contondants, par son compagnon Sébastien (26 ans) à leur domicile. Les 4 enfants du couple étaient présents au moment des faits, ils sont âgés de quelques mois à 5 ans.

Le compagnon a été interpellé en début d’après-midi par la police après avoir été dénoncé par un tiers. Il a été placé en garde à vue pour ""homicide par conjoint"" #féminicide

Interrogé, le parquet de Valenciennes a indiqué ""qu'il ne communiquerait pas sur cette affaire"" #OMERTA

Des voisins et des proches ont indiqué que la victime subissait régulièrement des violences de la part de son conjoint : ""On le savait, ça se voyait, elle cachait des coups au visage parfois avec son masque, confie une proche de la famille.

Jennifer était mère de 4 enfants.

87. Adeline

Asphyxiée dans une voiture

Samedi 25 septembre à Perpignan (Pyrénées-Orientales), Adeline Leroy (30 ans) a succombé à l'hôpital après avoir été séquestrée dans le coffre de la voiture durant de longues heures par son mari (37 ans) 10 jours plus tôt.

La victime avait été conduite d’urgence à l’hôpital par les sapeurs-pompiers le 15 septembre. Elle était dans le coma, souffrant d'hyperthermie après avoir été enfermée dans la voiture par son mari pendant que celui-ci travaillait sur un chantier. Les enquêteurs avaient notamment trouvé un oreiller et une bouteille d'eau dans le coffre, preuves de séquestration.

Le mari avait été ensuite interpellé et placé en garde à vue pour ""séquestration et tentative de meurtre""
Puis, il était ressorti sous le statut de témoin assisté 😡 Les faits devraient désormais être requalifiés avec le décès de la victime #féminicide

Par ailleurs, des proches du couple ont rapporté que la jeune femme avait déjà été victime de violences à plusieurs reprises de la part de son mari et qu'il lui aurait aussi interdit de sortir seule.
La mère et la sœur de la jeune femme s'étaient d'ailleurs rendues dans un commissariat du Cher pour signaler qu'elle était en danger et dénoncer les violences qu'elle subissait de la part de son compagnon le jour où celle-ci a été découverte en état d'hyperthermie et agonisante dans la voiture !
Jeudi 2 décembre, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Montpellier a considéré qu'il existe des ""indices graves et concordants"" en vue d'une mise en examen du compagnon d'Adeline Leroy.
Mercredi 22 décembre, nous apprenons que le compagnon d'Adeline, placé jusqu'à présent sous le statut de témoin assisté, a été mis en examen pour ""séquestration ayant entraîné la mort sans intention de la donner"" 😡 Malgré les demandes de la famille et un contexte de violences conjugales, les poursuites pour meurtre n'ont pas été retenues #JusticeLaxiste

86. Willimelle

Battue à mort

Dimanche 19 septembre à Toulouse (Haute-Garonne), Willimelle Poulawa (23 ans) a été battue à mort par son compagnon (30 ans) dans son appartement, en présence de leurs 3 enfants en bas-âge.

C'est lui qui a prévenu les secours, affirmant avoir trouvé sa compagne inanimée. Il a ensuite pris la fuite. À leur arrivée sur place, les forces de l’ordre ont découvert la victime décédée et qui présentait de nombreuses traces d’ecchymoses au niveau du visage. Les 3 enfants du couple, âgés respectivement de 1, 2 et 4 ans, étaient quant à eux, enfermés dans une pièce.

L'homme a fini par se rendre de lui-même au commissariat. Il a été placé en garde à vue pour ""homicide par conjoint"" #féminicide

Il était déjà connu de la Justice pour des faits similaires. Au mois de juin 2021, la victime avait déjà déposé une plainte pour violence. Après enquête, le parquet l’avait condamné à suivre un « stage de responsabilisation pour la prévention et la lutte contre les violences au sein du couple » 😡
#Justicelaxiste #PermisDeTuer

Un autre homme (30 ans), militaire dans un département voisin, aurait été témoin de la scène. Interpellé, il a été placé en garde à vue pour « non-assistance à personne en danger ».

Selon les voisins, les cris et disputes étaient fréquentes au point qu'ils appelaient la police très régulièrement. Pas plus tard que le 15 septembre, 3 jours avant les faits, les forces de l'ordre s'étaient déplacées ""pour tapage sur fond d'alcool"" mais rien n'avait été entrepris pour protéger cette femme et ses enfants.

85. Léa

Écrasée avec une voiture

Mardi 14 septembre à Bouquemaison (Somme), Léa Demagny (23 ans) est morte percutée par une voiture, conduite par Laura Doualle (29 ans) l'ex-femme de son compagnon Bernard Moulinier (30 ans). Ce dernier a avoué en garde à vue avoir simulé une panne de voiture et organisé le scénario de l'accident mortel #féminicidemaquillé

Le compagnon de la victime, présent lors des faits, avait indiqué aux gendarmes qu'après être tombés en panne, sa compagne et lui avaient décidé de regagner leur domicile à pied et c'est à ce moment là que la jeune femme aurait été percutée par un chauffard en fuite.

Jeudi, Bernard Moulinier révèle aux enquêteurs que son ex-épouse Laura Doualle, dont il est séparé depuis deux ans, est responsable de l'accident et affirme avoir découvert que le véhicule de celle-ci présente des traces de choc et de sang. Placée en garde à vue, la mise en cause, avoue avoir volontairement percuté l'amie de son mari.

Ce n'est que le vendredi que Bernard Moulinier a fini par reconnaître devant les enquêteurs avoir planifié le #féminicide de sa nouvelle compagne Léa Demagny.
Présentés ce samedi devant le juge d'instruction pour assassinat, le couple a été placé en détention.

83. Ginette

Abattue avec une arme à feu

Mardi 14 septembre à Sémalens (Tarn), Ginette Banquet (88 ans) a été abattue par son mari Éloi Laval (88 ans) avec un fusil dans leur maison. Il s'est ensuite suicidé.

Lorsque les gendarmes se sont rendus sur place, ils ont découvert les corps sans vie du couple. Une voisine indique qu'elle a entendu un premier coup de feu vers 9h15 et un second quelques minutes plus tard.

Les premiers éléments recueillis par la gendarmerie du Tarn confirment que l'homme aurait d'abord tiré sur sa femme et se serait ensuite donné la mort #féminicide

84. Yoselis

Étranglée et battue à mort

Mardi 14 septembre à Cayenne (Guyane), Yoselis Terrero Eugenia (51 ans) a été battue et étranglée par son compagnon à leur domicile. Il s'est ensuite suicidé par pendaison.

C'est la fille du meurtrier qui a donné l'alerte indiquant que son père voulait mettre fin à ses jours. Lorsque les secours se sont rendus sur place, ils ont découvert les corps sans vie du couple. La femme présentait de multiples marques de violences et strangulation.

Selon le parquet de Cayenne, les premières investigations orientent l'enquête vers "un homicide conjugal suivi du suicide du meurtrier présumé" #féminicide

82. Monique

Abattue avec une arme à feu

Samedi 11 septembre à Saint-Pierre-lès-Nemours (Seine-et-Marne), Monique Franqueville (64 ans) a été abattue par son mari Christian Jorin (64 ans) avec une arme de poing dans leur maison. Il s'est ensuite suicidé.

C'est la fille du couple qui a donné l'alerte indiquant que l'homme voulait mettre fin à ses jours. Lorsque les policiers se sont rendus sur place, ils ont découvert les corps sans vie du couple.
La femme présentait une plaie à la tête tandis que son mari avait encore l'arme de poing dans la main.

Le parquet de Melun a ouvert une enquête pour "homicide volontaire" et indique que "la piste du drame familial est privilégié" #féminicide

D'après une source policière, la femme souhaitait quitter son mari depuis quelques temps. #crimedepossession

81. Hamana

Égorgée

Samedi 11 septembre à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), Hamana Tahri (38 ans) a été tuée, avec une arme blanche, par son mari Amar (53 ans) à leur domicile. Selon les premiers éléments, l'homme aurait égorgé son épouse en présence de leurs 4 enfants, âgés de 6 à 14 ans.
Il aurait ensuite prévenu lui-même les secours de son geste. Interpellé par les forces de l'ordre, il a été mis en en garde à vue pour "homicide par conjoint" #féminicide
Les 4 enfants ont été pris en charge et hospitalisés dans le cadre du protocole "féminicide".

80. Anne-Marie

Étouffée avec un sac plastique

Mardi 7 septembre à Carmaux (Tarn), Anne-Marie Boye (62 ans) a été étouffée, avec un sac plastique, par son compagnon Kevin B. (34 ans). Il s'est présenté lui même à la gendarmerie pour avouer le meurtre. Les gendarmes se sont rendus sur place et ont constaté le décès de la victime par étouffement.
Il avait été interpellé le 23 juillet pour violences conjugales et devait être jugé le 10 janvier. Il avait de nouveau été interpellé et placé en garde à vue le 16 août pour les mêmes raisons, et reçu une autre convocation devant le tribunal pour le 7 février.
Encore une femme qui n'a pas été protégée par la Justice et un meurtrier qui a bénéficié d'un #permisdetuer

79. Ivana

Défenestrée

Dans la nuit du lundi 6 au mardi 7 septembre à Cannes (Alpes-Maritimes), Ivana Aladina (38 ans) aurait été défenestrée du 6ème étage par son compagnon (34 ans) dans l'immeuble où ils résidaient. L'homme assure qu'elle ""s'est précipitée pour sauter par la fenêtre lors d'une simple dispute"" 😡 Pourtant des cris et une violente dispute ont été entendus par les voisins qui ajoutent que le conjoint aurait dit ""Je suis désolé, je t'aime"" juste avant que la jeune femme ne soit précipitée dans le vide.

Ces voisins ont immédiatement alerté les pompiers qui n'ont rien pu faire pour sauver la victime. Le compagnon a également appelé la police prétextant un geste desespéré de sa concubine.

L'homme a été mis en garde à vue pour ""homicide par conjoint"" #féminicide

78. Carole

Poignardée à mort

Lundi 6 septembre à Montélimar (Drôme), Carole Hoyez (38 ans) a été poignardée à mort son ex-mari Mohamed Romdhane (37 ans), dans les escaliers de son immeuble pendant qu'elle tentait de fuir. L'agression mortelle a débuté dans son appartement où se trouvaient ses 4 enfants, âgés de 6 à 14 ans. "L'un d'entre eux aurait tenté d'intervenir pour empêcher le meurtre", selon le procureur.